Il avait été arrêté par les autorités chinoises fin décembre avant d’être libéré.

Le 30 décembre dernier, l’ophtalmologue Li Wenliang, avait alerté. Sur la messagerie instantanée WeChat, il avait envoyé à des confrères que sept personnes semblaient être contaminées par le Sras et qu’elles étaient en quarantaine dans l’hôpital où il travaillait, à Wuhan. Ce n’est seulement le lendemain, le 31, que les autorités ont informé l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le virus sera identifié comme le 2019 n-CoV le 7 janvier. Aujourd’hui on sait que les premiers patients touchés ont été hospitalisés mi-décembre. Jeudi, le Global Times, journal contrôlé par le Parti communiste chinois, a annoncé que ce médecin de 34 ans est mort après avoir été infecté avant de se rétracter quelques heures plus tard.

Selon la BBC, les journalistes et les médecins ont reçu peu après l’ordre de réfuter la nouvelle et d’annoncer qu’il était dans un état critique. Selon plusieurs journaux, il serait maintenu en vie artificiellement, écrit Libération.

«Nous sommes profondément attristés par la mort du docteur Li Wenliang. Nous devons tous rendre hommage à son travail sur le 2019n-CoV», avait déclaré le directeur des programmes d’urgence de l’OMS, Michael Ryan, à l’annonce de sa mort supposée.

Comme «Libération» le rappelle, Li Wenliang a été diagnostiqué positif au coranavirus le 30 janvier. Il avait été convoqué par les autorités avec sept autres collègues après avoir alerté sur la dangerosité du virus et accusé d’avoir propagé des rumeurs. «Quand je les ai vues circuler en ligne, j’ai compris que ça devenait hors de contrôle et que j’allais probablement être puni», racontait Li Wenliang à CNN il y a quelques jours (…)

Lire la suite sur L’OBS

https://canalmusiqueplus.com/wp-content/uploads/2020/02/medecin-chinois-meurt-de-coronavirus-1.jpghttps://canalmusiqueplus.com/wp-content/uploads/2020/02/medecin-chinois-meurt-de-coronavirus-1-200x200.jpgL'OBSCORONAVIRUSSantéIl avait été arrêté par les autorités chinoises fin décembre avant d’être libéré. Le 30 décembre dernier, l’ophtalmologue Li Wenliang, avait alerté. Sur la messagerie instantanée WeChat, il avait envoyé à des confrères que sept personnes semblaient être contaminées par le Sras et qu’elles étaient en quarantaine dans l’hôpital où il...      De la MUSIQUE et Plus Encore